Amelycor

Lycée 1849 - Les agents du maintien de l'ordre au lycée

Index de l'article

Les agents du maintien de l'ordre au lycée

La collection nous en propose deux exemples.

            Le premier c'est le portrait de "Mr Rabat-Joie, pion de la 1ère étude". Le pion c'est en argot de potache, le nom du maître d'étude ; en accède au rang de maître d'étude après avoir été aspirant et on peut monter en grade, certificats de licence aidant, pour devenir répétiteur.

cari11rabatjoiemini
Mr Rabat-Joie, pion de la 1ère étude (coll. part.)

Rabajoy comme Portejoie sont des noms propres mais nous n'avons pas trouvé au lycée, en 1849, de maître d'étude portant ce nom ou même un nom approchant. Force est de conclure que Rabat-Joie est un surnom qui doit tout à la seule personnalité de son titulaire. De fait le surveillant, plus très jeune, que l'on voit ici ne poursuit pas d'études. A part un feuillet où il a loisir d'inscrire les retenues, et la bougie qui nous rappelle que le temps de l'éclairage au gaz est encore à venir, son bureau est parfaitement vide. Accoudé au bureau, la tête entre les poings, le regard tendu vers le fond sombre de l'étude, il affiche un ennui désespéré qui incite à la prudence.

Remarquons cet autre modèle de chaire, représenté ici, comme dans le croquis de Rondelet, en "perspective inversée".

            Le second personnage incarnant le maintien de l'ordre le voici :

cari12souscenseurmini
Un sous-censeur au lycée de Rennes (coll. part.)

            La légende de la caricature, Un sous-censeur au lycée de Rennes, laisse perplexe car cette fonction n'existe pas dans un lycée. Admiration pour les capacités du personnage ou ironie face à son évidente ambition ? Dans l'un et l'autre cas pour percer son identité il faut chercher du côté d'un subalterne.

            Hiérarchiquement en dessous du Proviseur et du Censeur des études, vient l'Aumônier ce qui ne correspond pas. Mais un cran en dessous dans la hiérarchie administrative on trouve le Surveillant Général. Si c'est le "Surgé" qui est désigné sous le sobriquet de "sous-censeur", Matthieu-Marie Penpenic est notre homme !

            Penpenic est né le 1er janvier 1819 à Saint-Avé dans le Morbihan. Il est titulaire du baccalauréat ès lettres ce qui lui a permis d'exercer comme Régent de 8ème puis, en septembre 1843, de 7ème à Landerneau. Il préfère cependant quitter l'enseignement élémentaire pour entrer quelques semaines après, le 22 octobre, au lycée de Rennes, en qualité de maître d'étude ; cinq ans plus tard, en janvier 1849, il est promu, à 30 ans, surveillant-général.

            Notre artiste qui l'a connu en tant que pion, n'a pas manqué de remarquer cette récente ascension. Il le représente en mouvement ; mince et droit flottant un peu dans sa courte redingote, le visage émacié et fatigué, l'œil grand ouvert comme aux aguets. "Qui s'y frotte, s'y pique" serait-il l'avertissement de ce dessin ?

© Copyright  Tous droits réservés – 2023 Amélycor   Mentions légales  -  Droits & Images  -  Vocabulaire  Plan du site - Aide

  • Site modifié le 17 Mai 2024.