Amelycor

Accueil

Lycée et ses proviseurs depuis 1803

 Création des lycées par le Consulat  

La loi Fourcoy du 11 floréal an X (1° mai 1802) sur l’instruction publique supprima les écoles centrales départementales et définit quatre catégories d’établissement dont les lycées … sous-entendu de garçons.
La réforme voulue par Bonaparte donnait aux lycées une structure militaire «avec une autorité graduée pour maintenir l’ordre et la discipline» selon le discours du préfet Mounier lors de l’inauguration du lycée de Rennes.

 

Une structure administrative dirigée par un proviseur et contrôlée par l’Etat

1802 n’est pas 1791, année du renouvellement des administrateurs- enseignants du collège municipal de Rennes,
 ni 1795, date de la création de l’école centrale d’Ille-et-Vilaine.

A côté des professeurs est apparue une organisation administrative non enseignante dirigée par un proviseur, nommée et contrôlée par l'Etat.

Cette structure, héritage du Consulat, perdure depuis plus de deux siècles avec les adaptations nécessaires pour chaque époque.
lycee06mini 

 Prenons connaissance de quelques extraits de cette loi Fourcoy de l’an X. Au titre IV, il a été écrit que :

lion57mini  - l’administration de chaque lycée sera confiée à un proviseur.

- ce dernier aura immédiatement sous lui un censeur des études (actuellement le proviseur-adjoint) et un pro
cureur gérant les affaires de l’école (actuellement l’intendant).

- ces trois personnes fonctionnaires de l’Etat seront nommées par le premier Consul ; ils formeront le Conseil d’administration de l’école. Le proviseur rendra compte à un bureau d’administration chargé de la vérification des comptes et de la surveillance générale du lycée.
- ce bureau d’administration sera composé du préfet du département, du
président du tribunal d’appel, du commissaire du Gouvernement près ce tribunal, du commissaire du Gouvernement près le tribunal criminel, du maire et du proviseur.

- il sera nommé par le premier Consul trois inspecteurs généraux des études,
qui visiteront une fois au moins l’année les lycées, en arrêteront définitivement la comptabilité, examineront toutes les parties de l’enseignement et de l’administration et en rendront compte au Gouvernement.

 Particularités de l’époque : les proviseurs, censeurs et procureurs des lycées devront être mariés ou l’avoir été et aucune femme ne pourra néanmoins demeurer dans l’enceinte des bâtiments occupés par les pensionnaires.
A partir de 1803 la hiérarchie administrative nouvelle met l’aumônier à la 3° place, après le censeur des études et avant l’intendant. Cette situation dura jusqu’à la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905.

 

Étymologie de mot proviseur

Proviseur vient du latin provisor : celui qui pourvoir à, le pourvoyeur, dérivé du verbe pro-video : voir devant soi.
Avec la féminisation de la société et de l’Education nationale, le vocabulaire s’est élargi par un mot nouveau : proviseure.

 

La mise en place à Rennes 1802-1803

Le 24 vendémiaire an XI (16 octobre 1802) l’arrêté consulaire créa le lycée de Rennes, rapidement opérationnel avec le concours empressé de la municipalité.
Les bâtiments laissés par l’école centrale départementale, qui elle-même remplaçait le Collège de Rennes, ont été quelque peu aménagés à l'emplacement actuel de la Cité scolaire Emile-Zola.

Le 14 prairial an XI (3 juin 1803) fut nommé comme proviseur Aubin Delarue qui venait du Prytanée français de Paris.

Le 17 vendémiaire an XII (10 octobre 1803) se déroula l’inauguration officielle du lycée.
 

aiglefacade21bmini   L’aigle impériale ( symbole traditionnel en héraldique)
sur le bâtiment principal, construit sous le Second Empire, trône toujours au-dessus de la porte
d’entrée.

 

Les différents noms du lycée

 Témoin de plus de cinq siècles d’histoire scolaire et de sa ville, l’établissement scolaire est devenu en 1803 un lycée qui a connu différents noms au gré des régimes politiques et en raison de la multiplication des lycées à Rennes.

 timbres011mini  

Les timbres, que l’Amélycor a pu retrouver, témoignent des différents noms du lycée.

Sur l’image ci-contre, le timbre de la bibliothèque à gauche montre que l’épithète « impérial » a été enlevée.
Nous avons les cachets avant et après le désastre de Sedan qui fit chuter le Second Empire.

Ci-dessous, différents cachets retrouvés par l'Amélycor. Celui du Lycée de Rennes a été très mal tamponné et est peu lisible.

 cachetrennesmini  cachetroyalmini  cachetrimperial  cachetbouce1968mini

 Lycée de Rennes sous le Consulat, le 1° Empire et la II° République,

Collège royal de Rennes sous la Restauration et la Monarchie de Juillet,

Lycée impérial de Rennes durant le Second Empire,

Lycée de Rennes à nouveau,

Lycée de garçons de Rennes à la suite de la création effective d’un lycée de jeunes filles en 1906.

Lycée de garçons de Rennes ''à la campagne" en 1943-1944 : à Tresbœuf, Lalleu, Thourie; Louvigné-de-Bais et en complément à Janzé et à Montfort-sur-Meu.

 

Au début des années 60, avec le développement d’un autre lycée à Bréquigny (devenu autonome en 1964) et la construction du lycée technique Jolio-Curie (ouverture en 1963), l’expression de «lycée central» ou plus familièrement «de l’avenue Janvier» est apparue insuffisante.
Le choix apparemment définitif eut lieu le 26 février 1960 au conseil d'administration de l'établissement et approuvé par le conseil municipal de Rennes en 1961: Lycée René-de-Chateaubriand, puis plus simplement Lycée Chateaubriand.

cachetchateaucens1968mini

 En 1968 avec le transfert de toutes les classes préparatoires (CPGE) vers un établissement tout neuf situé Boulevard de Vitré à Rennes (anciennement l’annexe du lycée aux Gayeulles) et aussi … du proviseur, le lycée central de l’avenue Janvier perdit son Chateaubriand et pendant près de quatre ans resta sans nom .

  

Enfin Zola vint !
En 1971 lors d’un conseil d’établissement, Charles Lecomte, professeur d’histoire au lycée depuis 1937, enleva la décision sur le choix d’Emile Zola avec une éloquence d’avocat.
Il mit en avant – bien qu’il ne soit jamais venu à Rennes – le rôle de l’écrivain en faveur de la révision du procès Dreyfus. Les audiences s'étaient déroulées dans la salle des fêtes du lycée en 1899.
Le 28 mai 1971 le conseil municipal prononça un avis favorable à l’appellation Lycée Emile-Zola.
plaquezolajalrmini

  Aujourd’hui l’établissement est devenu la Cité scolaire Emile-Zola avec à la fois un lycée d’enseignement général et un collège. Il existe en France d’autres lycées nommés Emile-Zola.

 cachetzolaprovadmini

 

Une photo du personnel «administratif» entourant le proviseur du lycée (1946-1947)

Depuis le Consulat, la direction de l’établissement est composé de trois personnes.
L’Amélycor a récupéré une photographie datant de l’année scolaire 1946-1947 très intéressante.
Le proviseur, Maurice Fabre, est au centre au 1° rang (5° en partant de la gauche). A sa droite l’intendant, M. Jouannic et à sa gauche, le censeur des études, Paul Puchelle.
Le personnel administratif, des agents techniques et des ouvriers d’entretien et d’accueil entourent le proviseur.

 Pour connaître et imprimer les noms des personnes présentes et leur fonction, >>> cliquez ici

 

  personnel4647photomini  cachetfavremini

 


 Liste des proviseurs  

1803-1813   DELARUE Aubin
1813-1815   ENARD (Abbé)
1815-1823   BLANCHARD Pierre (abbé)
1823-1830   HUILLET Jean
1830-1830   TARDIVEL Jean              Jean Joseph Julien Tardivel de la Ville-Gicquel d'octobre à décembre 1830
1831-1834   DUFIHOL Louis
1834-1838   HENRY Pierre
1838-1838   CAILLAT                          durant la 2° quinzaine de septembre 1838
1838-1839   RÉPÉCAUT                      de septembre 1838 à mars 1839
1839-1839   Larry ?          
1839-1842   CAMARET Louis
1842-1844   FAUCON Guillaume
1844-1848   DELACROIX
1848-1853   PETIT
1853-1854   TAROT
1854-1855   DRUON Henri
1855-1862   GUISELIN Antoine          Antoine selon l’acte de naissance et non Charles
1862-1869   LEGAGNEUR
1869-1874   MATINÉE
1874-1875   BRUNET
1875-1879   SORNEIN Louis
1879-1884   GARDIENNET François
1884-1891   LE RENARD Félix
1891-1898   DAUBAN Albert
1898-1900   POUTRIN Charles            décédé au lycée le 21 janvier 1900.
1900-1902   ?
1902-1916   CROISY Désiré                 Hôpital complémentaire HC1 (1914-1919)
1916-1919   LAMARCHE
1919-1924   BRISMONTIER                          
1924-1934   FOUYÉ
1934-1937   GUILLON
1937-1941   ROCHETTE Auguste        muté d’office au lycée de Clermont-Ferrand
1941-1944   MONARD Joseph           1943-1944 : lycée replié et éclaté à la campagne 
1944-1957   FABRE Maurice                 chargé de la préparation à l’ouverture de deux lycées à la périphérie de Rennes      
1957-1962   STEIB Éric
1962-1968   BOUCÉ Gabriel
1968-1972   Intérim assuré par le censeur M. PITRON
1972-1973   GORGUÈS André
1973-1974   ROUSSIER Pierre
1974-1999   QUÉAU Yves       le plus long provisorat du lycée et période des travaux «pharaoniques» de la rénovation
1999-2006   DUPLANT Sylvie Mme   1° proviseure
2006-2009   PERRAULT François
2009-2011   BILAK Anne Mme
2011-2012   CANVEL André
2012-2014   SADOUN Kader
2014- …       DESMARES Jean.

 

 Note :  Pour plus de clarté, il n’a été retenu que le nom et le premier prénom (si trouvé) des proviseurs avec leur année de nomination et de cessation.
N
ous nous sommes efforcés de dresser la liste des proviseurs la plus exacte possible selon les documents en notre possession. Il se peut qu’il y ait des erreurs ou omissions. Nous sollicitons les internautes à contacter le webmestre d'Amélycor pour lui transmettre des compléments d'informations avec leurs sources.

  L'Amélycor conserve trois photographies présentant le proviseur entouré du censeur des études et de l'intendant.  

 fabre4647cadremini  steib6162cadremini  bouce6566cadremini
 1946-1947  1961-1962  1965-1966

 

 Sources :

Yves Rannou : plusieurs chapitres du livre « Zola, Le Lycée de Rennes dans l’histoire » Ed Apogée 2003
p 41-47, disponible auprès de l’association Amélycor        >>> Lien avec la référence du livre
Notes personnelles d’Yves Rannou (non publiées).


Jean-Noël Cloarec : Petite histoire à dormir debout ou comment nous avons changé de nom, bulletin L’écho des colonnes n°13 p 15-16, juin 2002.

Archives des lycées, proviseurs et censeurs. Charles Fierville. Paris Ed. Firmin-Didot 1894 526 pages.

Registre des personnels du Lycée de Rennes 1859-1944.

Journal général de l’instruction publique et des cours scientifiques et littéraires, édit. XIX° siècle dont
septembre 1839.


Base de données leonore de la Légion d’Honneur.

Procès-verbaux d’installation des personnels au lycée après 1944.

 

© Copyright  Tous droits réservés – 2017 Amélycor   Mentions légales  -  Droits & Crédits  -  Vocabulaire  Plan du site - Aide

  • Site modifié le 07 Aoû 2017.